Gif Atelier


L'atelier d'écriture de Gardanne se déroule au siège de l'AAI, 35 Rue Borely, 13120 Gardanne
chaque vendredi de 14h à 16h.
Pour contacter l'AAI utiliser l'adresse e-mail : aai.esj@wanadoo.fr ) ou téléphoner au 0442515299

L'atelier d'écriture de la Méjanes d'Aix se déroule chaque jeudi de 10h à 12h à la Mareschale, 27 avenue de Tübingen 13090 Aix-en-Provence (TEL : 04.42.59.19.71 - e-mail Ecrits.Alaai@gmail.com ) et aussi le premier lundi du mois (même heure, même lieu).

L'animation ci -dessous représente l'aspect avant tout ludique de cet atelier gratuit ouvert à tous. Du rire et de la légèreté...

mardi 17 décembre 2013

Gymnastique du Franc-conteur C.D.

Olympia et le chat noir échaudé de Claude Manet



Atelier du 19/07/2013.

Une période qui aurai pu être difficile...

Ce jour de mai il est guilleret, il fait beau, la radio diffuse, Johnny, Sylvie, Adamo, Sheila et compagnie, tout n’est que gaieté, joie et bonheur, mais c’est bizarre, certains signes me mettent la puce à l ‘oreille, le grand Charles annonce à la télé que tout va bien et que les étudiants préparent le bac avec soin, c’est curieux me dis-je puisque d’habitude il n’évoque même pas le sujet, mais je repense à la chanson de Pierrot Perret « les jolies colonies de vacances » mais ce qui me trouble un peu c’est ce que me demande mon père, on fait le plein du réservoir et on transvase dans des fûts de 200 litres au cas ou disent les anciens car il y a comme un goût de déjà vu pour eux, car en 39 certains étaient partis pour mettre les « boches » au pas, et ils y sont allés au son de « la Madelon » puisque les politiques qui parlent à la radio sont très rassurants avec la « ligne Maginot » infranchissable, tu parles c’était une ligne imaginaire plutôt, et bien sûr les français grandes gueules sont partis habillé comme en 14 avec les guêtres, le fusil US17 et les chevaux dont certains étaient de trait presque la fleur au fusil, le choc fut violent en rencontrant les chars, les camions et les side-cars de l’armée allemande, ha oui là on a vraiment eu l’air con, pour être une guerre éclair ça c’est sûr, a peine parti déjà rentré, et la queue entre les jambes en plus, cherchez l’erreur.

Voilà pourquoi il valait mieux prévoir, après tout 68 c’était 23 ans après la guerre et entre temps il y avait bien eu l ‘Indochine et l ‘Algérie plus deux ou trois trucs dans le pacifique et en Nouvelle-Calédonie, mais ça ce n’étais pas médiatisé, là ça venait de France avec des Français, je trouve ça suspect, surtout que la télé et les radios commencent à diffuser des images et des reportages malgré la censure, de plus certaines personnalités du secteur qui étaient contre De Gaulle viennent d’avoir la visite de la gendarmerie qui par ailleurs a réinstaller les fiches d’ hôtel avec les renseignements y afférents.

Hier matin il y a du changement, les affiches sur les pompes à essence « pas plus de 10 litres par véhicule » puis le soir la télé a montrée des images de la Sorbonne et de Paris, je sens que ça chauffe, ce matin des bruits de char, j’ouvre les volets !non, ce sont des tracteurs qui passent sur 2 files devant le restaurant, tous le monde applaudis même les routiers bloqués sur le parking, les paysans, les ouvriers, les étudiants réunis pour une même cause, chose impensable auparavant, c’est comme d’essayer la soudure de l’eau, du feu et de la terre, c’est impossible et pourtant là ça marche,
Le grand Charles après avoir envoyé les CRS et la gendarmerie a failli envoyer l ‘armée …. L’armée !contre des français de France avec des appelés, il ne va pas refaire le même coup qu’a Alger comme disent certains qui n’hésitaient pas à l’appeler « la grande crevure » !
Non il ne l’a pas fait, sûrement à cause de son voyage à Baden-Baden en Allemagne, là les généraux ne l ‘ont certainement pas soutenu, une fois ça va, du moins c’est ce que j’aime à penser, et puis va savoir, on a écrit une petite page de l’histoire de France, a raison, a tord,  ? va savoir, ……..


Atelier du 26/7/2013
consigne : fable avec une morale faite du début d'un proverbe et de la fin d'un autre.

Le chat.


Le petit chat voulait boire son lait
Il faisait froid aussi Paul le chauffa
comme un couillon il le fit bouillir
Paul faisait attention à ne pas trop le cuire
mais Rolland l'appela et le retint longtemps
quand Paul raccrocha le chat était sur le flan
il se remit debout en jurant qu'on ne le reprendrait pas
et il se précipita à l'intérieur après son repas . tout ça ce n'est que des paroles

Moralité :chat échaudé revient par la fenêtre.

Fait des deux proverbes suivants :
chat échaudé craint l'eau froide
chassez le naturel par la porte, il revient par la fenêtre



Atelier du 21/06/2013.

Consigne : écrire une histoire avec une phrase de démarrage
(ça s’appelle « un nain qui pite » ou peut-être un incipit...)


En rentrant du bureau ce soir là, Katigiri trouva chez lui une énorme grenouille qui l’attendait, dressé sur ses deux pattes arrières, elle faisait bien deux mètres de haut… Appelez moi Crapaudin, tout simplement, dit la bestiole d’une voix qui portait loin !

Décidément ce n ‘étais pas le bon jour, ce matin il était allé faire de la moto pour assister à un match, soi-disant amical entre l‘OM et le PSG ! Les joueurs tombaient comme des mouches, surtout ceux du PSEG (on est à Marseille !), comme tous les matches amicaux à cette époque il y avait une présentation et un buffet, présidé par M. Paul Ricard en personne, c’est là que je soupçonne un petit arrangement... car les parisiens n‘avaient pas l‘habitude de l‘anisette et M. Paul se montrait très généreux sur les doses versées dans les verres, qui comme par hasard étaient eux aussi très opaques !!! (comprenne qui voudra ) .

Bref, le match démarra en fanfare, au bout d'une demi-heure : OM 8 – PSEG1
et plus ça avançait plus les parisiens se prenaient pour des danseuses.

Fin de match .OM.13 – PSEG 2...

Troisième mi-temps ! M. Paul félicite tous le monde pour leur faire-play et la qualité de leur jeu, etc. etc. visiblement certains joueurs ne comprenaient pas tout, mais en tout cas tous le monde rigolaient.
C’est vrai qu’on était aux lendemains de la deuxième guerre mondiale, et en ce début de l’année 1953 un rien amusait tout le monde.

Même mon père qui, rentrant à la maison avait vu un chien, style Milou, sur le bord de la route de Berre de trois mètres de haut et …..évidemment, la grenouille de deux mètres de haut c’était ma mère, et là... il arrêta de rire quand elle lui annonça qu’elle était enceinte de moi et qu ‘il allait être papa ! Oh, putain, salaud de Paul Ricard... La journée avait trop bien commencé...


Christian DUVOY.